Chaque matins je cours

Pour arriver à l'heure

Près de cet homme

En manque de bonheur

Il manque d'argent

Je peux l'aider

Car il l'a mériter

Cet homme désheuvré

Et tous les matins dans le froid

Je vais vers lui et moi

J'ai droit à un sourir

Je ne veux plus partir

Continuer à l'aider

Pour l'éternité

 

Iris


Cette merveille

Qui à mon réveil

Tombait du ciel

Pareil à des lucioles

C'est en fait des cristaux gelés

De la magie née

Une neige qui agit sous nos pieds

Et sur nos petits doigts gelés

Qui parcourt chaque bord et fenêtre

Espérant trouver une place pour s'y mettre

Elle se glisse dans toutes les fentes

Et les enfants elle enchante

En se posant sur leur petit nez

C'est la magie de la neige

D'émerveiller petits et grands

Mais ce n'est pas le plus important

Chaque flocons est unique

Comme les lignes de la main

Il faut donc en profiter

Car la neige

Bien qu'éternelle des fois

Ne le sera pas là.

 

Iris


Pourquoi

Je n'ai pas pu

J'aurais dû crier, courir

Mais je n'ai pas pu

J'aurais dû me battre

Mais je n'ai pas pu

J'aurais dû leur donner à manger

Mais je n'ai pas pu

cette vérité me rend triste

J'aurais dû les aider

Ces pauvres déportés

 

Iris 


La tristesse

N'envahit jamais la gentillesse

Elle naît en toi

Comme une flèche empoisonnée

Elle te pique au cœur

Et s'envole ton bonheur

Il s'en va loin

Pendant qu'ici

La tristesse t'envahit

Tu pleures, tu pleures

Les larmes de ton corps

Elles ruissellent de plus belle

Tu t'emportes

Le bonheur qui était loin

T’entend et revient

Il entre dans ton cœur

Et de la tristesse

Il laisse une fleur

Te voilà guérie

 

Iris


Non

Je ne veux pas autant d'horreur

Non

Assez de malheurs

Non

J'en ai marre de la peur

Non

Je ne veux plus de terreur

Oui

Quand j'entends parler de la guerre

Je pleure

 

Iris